1

Nouveauté – Mercedes-Benz Classe G (W464)

A l’occasion du North American International Auto Show (NAIAS 2018), plus connu sous le nom de Salon de Detroit, Mercedes-Benz a dévoilé la nouvelle génération de son mythique Classe G.

Icône depuis 1979, le Classe G a jeté les bases des SUV modernes. Ce modèle “fait partie des meubles” dans la gamme Mercedes, nul autre série n’a gardé sa place aussi longtemps que lui. Et avec cette nouvelle mouture il affirme un peu plus ce statut. Son look anguleux, robuste et intemporel est en grande partie conservé, comme la clé de voute d’un édifice. Le capot moteur en alu est posé sur les ailes tel un couvercle, les charnières de porte apparentes sont reconduites mais avec une conception plus légère.

Avec de nombreuses années de développement, les ingénieurs sont parvenus à alléger le Classe G de 170 kg ! En partant de la génération précédente, ils ont traqués les excès de matières pesant sur la balance pour le compte de la solidité. Pas moins solide mais technologiquement plus avancé, ce mastodonte allemand utilise des aciers de trois résistances différentes pour affiner et réduire le poids de ses pièces.

Le Classe G s’est surtout fait une place sur le marché des 4×4 haut-de-gamme avec un intérieur luxueux et raffiné dont Mercedes-Benz a le secret. L’habitacle renferme quelques subtils rappels de l’extérieur. Les aérateurs latéraux rappellent les projecteurs ronds et les fameux clignotants posés sur les ailes sont évoqués par les haut-parleurs. Les amateurs d’indicateurs ronds à aiguilles seront séduits par l’instrumentation de bord, cependant les technophiles opteront plus probablement pour l’ensemble de deux écrans 12.3” dissimulés par une unique grande vitre. Au pied du pare-brise, c’est un énorme écran panoramique qui rassemble toutes les fonctions et informations du véhicule.

Ce monument de l’automobile, reconnu pour ses aptitudes tout-terrain, était jusqu’alors pas réputé pour ses capacités dynamiques sur route. Avec une suspension pilotée et sa boite 9G-TRONIC reprogrammée, le confort de conduite devrait faire un sérieux pas en avant. Au moyen de la commande DYNAMIC SELECT, le conducteur pourra faire varier le paramétrage du moteur, de la boîte de vitesses, du châssis, de la direction et des systèmes d’aide à la conduite selon les quatre modes Comfort, Sport, Eco et Individual. En option, le Classe G doute son intérieur des sièges à multi-contours actifs, lesquels ont été primé pour leur exceptionnel maintient du dos. Avec des coussins pneumatiques, le maintient du siège s’adapte au mode de conduite. Ces sièges intègrent en outre des fonctions de massage, de chauffe rapide, de climatisation ou encore d’un soutien lombaire à réglage électrique.

Ce SUV de luxe regroupe bien des superlatifs : plus long, plus large, plus généreusement proportionné dans l’habitacle. Mais ses améliorations ne s’arrêtent pas là, elles contribuent aussi à repousser la limite de l’infranchissable lorsqu’on quitte la route. Grâce à sa garde au sol de 270 mm, le nouveau Classe G franchira un gué de 70 cm soit 10 cm de plus qu’avant, mais tolérera aussi un dévers de 35° (28° auparavant). Les angles de porte-à-faux avant et arrière ne sont pas en reste, tout comme l’angle de rampe.

Equipé d’un puissant V8 essence bi-turbo de 4 litres, le G 500 est propulsé par la bagatelle de 422 ch développant le couple de 610 Nm sur une large plage de 2’000 à 4’750 t/min. De quoi évoluer avec beaucoup de souplesse et dans le silence une fois sur le plus grand rapport de boite.

Disponible prochainement pour un tarifs annoncé de EUR 107’040.50 en entrée de gamme (tarif allemand).