1

Sport Auto – Emil Frey Racing

Le Emil Frey Racing engage une Jaguar GT3 dans le championnat Blancpain Endurance Series et suite à l’invitation de Jaguar Suisse, Wheels And You a eu l’occasion de vivre une course au sein de cette équipe fort sympathique.

EFRacing banner

 

Emil Frey SA, tout le monde connait ou presque, mais donnons quand même quelques informations importantes. Tout a commencé en 1924 lorsque Monsieur Emil Frey a ouvert son premier garage à Zurich. Plus de 90 ans après, Monsieur Emil Frey et son fils Walter ont fait de Emil Frey SA un puissant groupe reconnu et respecté qui emploie plus de 2’000 collaborateurs. En Suisse, Emil Frey SA est l’importateur officiel d’un nombre très important de marques (autos et motos), mais il est aussi actif dans d’autres secteurs, toujours plus ou moins liés au monde de l’automobile. Il était dès lors tout à fait logique que l’entreprise touche de près ou de loin au sport mécanique. Notons au passage que la division “Racing” a vu le jour à la fin des années 60 déjà.

Le groupe est aussi très proche de la marque Jaguar car Monsieur Emil Frey et Sir William Lyons, le fondateur de la mythique marque anglaise, se connaissent depuis leurs débuts respectifs dans les affaires. En effet, c’est en 1922 que le britannique crée Swallow Sidecar Company qui deviendra plus tard la marque Jaguar. Et c’est en 1926, à l’occasion d’une exposition de motos à Londres que les deux hommes se rencontrent. Ils font tous les deux de la compétition en moto, le courant passe et en moins d’une heure le deal est conclu. Neuf ans plus tard, la première Jaguar sort des lignes de production, faisant ainsi du groupe Emil Frey SA le plus ancien importateur de la marque au monde. Ce bref résumé pose les bases de l’histoire du Emil Frey Racing, de la très belle Jaguar GT3 et de leur participation au championnat Blancpain Endurance Series.

 

En 2011, le projet a notamment débuté sous l’impulsion de Lorenz Frey (fils de Walter et petit-fils d’Emil) qui, quelques années avant goûta au sport automobile après avoir dû mettre fin à une carrière de hockeyeur. Fort de la relation unique qui lie le groupe Emil Frey et la marque Jaguar, le Emil Frey Racing a décidé de se lancer dans une aventure unique en concevant entièrement une voiture dérivée d’une Jaguar XK8 de série. La facilité aurait pu être choisie en optant pour une voiture de course déjà disponible dans certaines marques importées par le groupe, comme par exemple l’Aston Martin Vantage GT3, mais non, le team a voulu rendre le projet encore plus fou profitant aussi de réintroduire Jaguar dans le monde des courses de GT. Il n’y a d’ailleurs pas besoin de vous rappeler l’histoire de la marque anglaise intimement liée au monde de la compétition automobile. Cependant Jaguar reste peu impliqué dans cette aventure, tout du moins pour le moment, on ne désespère pas de voir prochainement une évolution GT3 de la F-Type par exemple.

 

La voiture donc, une Jaguar XK GT3, est équipée d’un V8 5.0 atmosphérique, couplé à une boite de vitesse séquentielle Xtrac, qui développe approximativement 600 CV pour un couple d’environ 700 Nm. Du modèle de série, il ne reste plus que la coque, tout le reste est conçu spécifiquement pour la compétition. Autant dire qu’à l’exception de sa ligne, cette Jaguar GT3 ne ressemble plus vraiment à celle que pourriez croiser dans la rue.

 

Cette année, le championnat Blancpain Endurance Series se dispute sur cinq courses, trois de 3 heures (Monza, Silverstone et Nürburgring), une de 6 heures (Le Castellet) et une de 24 heures (Spa-Francorchamps).

Les équipes, 63 voitures au total, sont réparties dans trois catégories, “Pro”, “Pro-Am” et “Am”, en fonction notamment de la classification des pilotes basée sur leur expérience en sport automobile. A noter que le team Emil Frey Racing concoure dans la catégorie “Pro-Am”.

Toutes les voitures sont chaussées des mêmes pneumatiques Pirelli, soit des slicks, soit des pneus pluie. Elles disposent également toutes du même carburant Elf, de l’essence de compétition avec un indice d’octane 102.

Pour rendre le championnat plus intéressant différents règlements sont en place, notamment le BOP (Balance of Performance) qui équilibre les performances de chaque voiture afin d’augmenter la compétitivité entre les équipes, mettant ainsi en avant les talents de pilotage. Ce système s’applique spécifiquement après chaque course en fonction des résultats, puisque les trois premiers se voient affublés de certains handicaps pour la course suivante. Ceux-ci se présentent sous la forme d’un surplus de poids ainsi qu’un rehaussement de la garde au sol.

 

Au niveau des pilotes, on retrouve donc Lorenz Frey, mais aussi Fredy Barth et Gabriele Gardel dont le talent et l’expérience ne sont plus à prouver. A noter qu’ils sont tous trois originaires de notre pays, faisant du Emil Frey Racing une équipe 100% suisse. En outre, pour la course des 24 Heures de Spa-Francorchamps, ils peuvent compter sur le renfort de Jonathan Hirschi, lui aussi de nationalité suisse.

Bien évidemment le team n’est pas composé uniquement de pilotes. Derrière eux, c’est toute une équipe qui travaille avec passion et ambition pour que chacun puisse donner le meilleur de soi. Il faut aussi relever l’ambiance sympathique et familiale qui règne au sein du Emil Frey Racing.

 

Pour l’occasion, nous avons assisté au troisième rendez-vous de l’année, les 1’000km du Castellet. Une manche importante puisqu’elle dure deux fois plus longtemps que les deux premières courses de la saison et est primordiale pour la préparation aux 24 heures de Spa (25 et 27 juillet 2015). De plus, suite à la troisième place réalisée sur le circuit de Silverstone, l’équipe était gonflée à bloc pour aborder ce nouveau rendez-vous. Toutefois, comme expliqué au préalable, cet excellent résultat amenait aussi quelques effets négatifs avec les différents impacts (BOP) sur la voiture.

Embêté par quelques soucis mécaniques lors des essais du vendredi et soucieux de bien en comprendre les causes, le team n’a pas eu l’occasion de beaucoup rouler avant d’aborder les qualifications du samedi matin. De surcroit, les effets du BOP se sont fait immédiatement ressentir. La voiture ne se comportait pas comme à l’habitude, principalement à cause d’une garde au sol plus haute. Résultat, les chronos ne sont pas glorifiants et la 51ème place de la Jaguar sur la grille est bien loin de son potentiel découvert à Silverstone. Après quelques négociations avec l’organisme en charge du Blancpain Endurance Series en montrant les différences importantes en terme de performance, l’équipe Emil Frey Racing a pu rétablir la garde au sol normale de la voiture, un véritable soulagement pour tout le staff.

Samedi 17h00, le départ de la course est donnée, c’est parti pour 6 heures de sprint, les pilotes étant bien motivés à reprendre le maximum de position par rapport à leur place sur la grille. Gabriele, Lorenz et Fredy se relaient au volant de la Jaguar, les changements de pilotes s’opèrent chaque heure et petit à petit ils grappillent les places pour se retrouver dans le top 25 à l’aube du dernier relai. C’est Fredy qui attaque la dernière heure et dès son deuxième tour il réalise leur meilleur chrono, toute l’équipe jubile. Malheureusement le rêve n’allait pas durer longtemps puisque Fredy est contraint d’abandonner à moins d’une heure de la fin suite à un souci mécanique. C’est aussi ça le sport automobile.

L’ambiance n’est bien évidemment pas à la fête, mais le Emil Frey Racing sait se montrer fort dans tous les moments qui rendent cette compétition si intéressante. L’équipe va travailler encore plus assidument pour être au top dans quelques semaines en Belgique, on ne peut que leur souhaiter le meilleur tant leur motivation est belle. Qui sait, peut-être qu’un jour tout cela débouchera sur une victoire de la belle Jaguar bleue qui arbore fièrement le drapeau suisse. Nous en tout cas on y croit !

 

Si vous désirez en savoir plus sur, n’hésitez pas à visiter le site officiel de l’équipe Emil Frey Racing

 

 

Pour partager vos impressions, rendez-vous sur le forum UltraSportives.

 

 

Merci à Jaguar Land Rover (Suisse) SA pour l’invitation aux 1’000km du Castellet ainsi qu’à toute l’équipe du Emil Frey Racing pour leur merveilleux accueil.

 

EFRacing 02

EFRacing 11

EFRacing 27

EFRacing 28

EFRacing 29

EFRacing 04

EFRacing 23

EFRacing 05

EFRacing 21

EFRacing 19

EFRacing 06

EFRacing 12

EFRacing 14

EFRacing 35

EFRacing 17

EFRacing 08

EFRacing 18

EFRacing 24

EFRacing 25

EFRacing 26

EFRacing 33